top of page

la librairie

Lire pour s'inspirer, pour résister, pour avancer, une sélection autre d'ouvrages que vous retrouverez au festival

visuel bouquet home
logo

FAIRE AUTREMENT
Collectif Faire Autrement-Les Petits Débrouillards,

"Après 5 ans passés aux Grands Voisins, tiers-lieu emblématique de Paris, nous avons réalisé avec les Petits Débrouillards, mais aussi le tiers-lieu l'Hermitage et d'autres associations, une tournée de tiers-lieux avec des membres de la Convention Citoyenne Climat : 13 étapes dans des lieux hors du commun avec des communautés résilientes pour des moments d'intelligence collective. La tournée s'est clôturée par la première édition de la biennale Faire Autrement en 2022.

Nous avons durant ces 2 ans rencontrés des initiatives avec des expériences et incarnations qui font bouger les lignes, qui font autrement. Nous voulons les partager, donner des clefs pour comprendre les mécanismes aujourd’hui en place et proposer quelques pistes concrètes pour suivre ce chemin pour un monde demain possible et désirable. Nous voulons les valoriser dans un bel objet édité, pour donner envie, avec des textes d'éclairage, de belles photos, iconoclastes et inspirantes, une mise en avant des thématiques déterminantes aux transitions avec comme mots clefs communs, écologie, coopération, jeunes, utopies, hybridation, fab-lab, territoire, audace, grainothèque, micro-ferme, local, citoyen, innovation, poésie...
Ont par exemple participé en proposant un texte, "éclairs et rages", Gabrielle Halpern, Benjamin Coriat, Thomas Brail, Frédéric Panni, Adélaïde Albouy-Kissi, Bettina Laville, Morad Ait-Habbouche, Jacques Treiner, Eric Correia, Mickael Réault, Barbara Blin Barrois, Lou Garcia, Agny Kpata, Francis Rol Tanguy, Ghislaine Hierso.

Ce livre est une parole libre. Pour donner envie. Un livre collectif."


 

Communs_Proximite.jpg

Les communs de proximité

Sous la direction de Benjamin Coriat, Justine Loizeau et Nicole Alix

Parler aujourd’hui des communs de proximité répond à au moins deux actualités. Dans un contexte où l’impératif de la transition écologique se consolide tandis que la dégradation des services publics sur les territoires ne permet plus de pallier les exclusions créées par un marché lucratif en extension sur de nouvelles sphères de l’activité humaine (social, santé, culture, éducation, accès à une alimentation digne…), les initiatives citoyennes qui prennent en charge l’intérêt général se multiplient, y compris dans des domaines où on ne les attendait pas. Comment nommer ces initiatives de proximité? Par ailleurs, la théorie et la pratique des communs ne cessent de s’enrichir dans la lignée légitimée par Elinor Ostrom. On parle désormais de communs fonciers, numériques, urbains, ou même globaux. Pourquoi ne pas ajouter les communs de services de proximité?

Dans cet ouvrage collectif, nous explorons des initiatives et réfléchissons à partir d’une définition proposée par Benjamin Coriat. Nous caractérisons les communs de proximité par trois critères interreliés : une initiative citoyenne et autogouvernée, dont la visée est le service de l’intérêt général, dont l’accès reste ouvert, ancrée sur le territoire et respectueuse des écosystèmes dans lesquels elle est insérée. La Coop des Communs a réuni pendant trois ans des personnes praticiennes et du monde de la recherche qui se sont mises à l’écoute et l’analyse d’autres, actrices de terrain venues présenter leurs expériences et leurs questions. Le présent ouvrage est le résultat de ce travail collectif.

communs 3.jpg
L'autre est une chance GV.jpg

L'AUTRE EST UNE CHANCE
Collectif Université Populaire des Grands Voisins - Les Petits Débrouillards,

L'autre est chance est le livre qui raconte l'aventure de l'éducation populaire dans le tiers-lieu des Grands Voisins au coeur de Paris.

C'est un livre qui reste car il s'agit de refuser tous les a priori des destins tous faits et des échecs programmés, toutes les fatalités contemporaines.

Nous avons besoin de vous pour le financer !

Les solutions existent, il y a des savoirs à décloisonner. C'est un grand 'Oui' que nous brandissons à la face des idéologies défaites.

Les Grands Voisins rassemblaient sur 3,4 hectares en plein centre de Paris, 200 structures dont 120 de l'économie sociale et solidaire, 1000 travailleurs, 600 hébergés et qui voit 200 000 visiteurs passer par an.

 

C'est dans ce curieux mélange d'exclusion extrême, de mixité, d'innovation et d'ambition qu'est né L'AUTRE EST UNE CHANCE, manifeste d'un nouveau monde libre et solidaire.

 

L'université populaire libre et solidaire des Grands Voisins est l'initiative portée collectivement par les voisins, sous impulsion des associations Petits Débrouillards et de Cultures du Coeur, afin de lutter contre l'exclusion par la diffusion des savoirs et des cultures. Elle a mis en place 2 types d'actions des conférences, rencontres/débats, 40 en tout, pour œuvrer à l'interculturel, répondre aux défis écologiques et influer un nouveau monde socio-numérique et des dispositifs éducatifs d'urgence déployés tel l'école des Petits Voisins pour 12 enfants non scolarisés du site.

fami.jpg

L'album du Familistère

Collectif, sous la direction de Frédéric K. Panni, et Hugues Fontaine

720 pages, rassemblant les textes de 44 auteurs, 700 photographies et illustrations, qui paraît sous le tire L’Album du Familistère. Direction éditoriale de Frédéric k. PANNI, direction artistique de Hugues FONTAINE (ISBN 2 951679 4-6. Prix : 29€).

fami.jpg
nous-resisterons.jpg

Nous résistons, Collectif 1 Milliard

Opération Milliard pour une transformation écologique juste
Claude Alphandéry, Bastien Sibille

Deux figures de l’économie sociale et solidaire – un ancien résistant et un jeune dirigeant coopératif – appellent à résister aux marchés qui détruisent le vivant et réclament la création d’un fonds doté d’un milliard d’euros pour une transition écologique juste.
Description

« Nous sommes des milliers de dirigeant·es et de militant·es de la transformation écologique juste et heureuse. Nous nous sommes réuni·es pour financer massivement toutes les actions de transformation permettant de faire face à la crise écologique et sociale. Nous avons besoin pour cela de constituer une force apte à embarquer un certain nombre d’acteurs financiers et institutionnels puissants et à développer une capacité à distribuer les aides humaines et financières au plus près des territoires et de leurs besoins. Nous sommes une force unie autour d’un récit, d’une volonté radicale de transformation sociale et écologique et d’un objectif concret. »

L’ambition qui unit tous les acteurs de l’opération Milliard est claire : façonner un nouveau paradigme social et économique visant à réduire les inégalités et à sauvegarder les écosystèmes. Les investissements à la fois profitables et éthiques sont possibles et sont portés au quotidien par des milliers d’acteurs et d’actrices. La France et ses territoires regorgent de milliers d’initiatives innovantes, telles que la création de tiers-lieux, le déploiement de solutions de mobilité durable, la conversion à l’agriculture biologique, et les initiatives coopératives

Résistances, Jean-BaptisteB Jobard

RÉSISTANCES (Combats ordinaires et extraordinaires, cinq nouvelles du front) est un court recueil qui rassemble cinq nouvelles.

La première histoire est celle de Marcello. Il a 24 ans et puis, le temps passe et au moment où les faits sont racontés sa trajectoire héroïque semble assombrie par ce qu'il advient.

La seconde commence par cette phrase : « il était une fois, une boussole qui n'avait jamais vu le Nord ».

Est contée ensuite, celle d'une momie qui revit la veille d'une grande histoire.

Et puis celle d'une envie d'en finir…

La dernière est racontée post-mortem.

Ces récits forment une mosaïque où, pour se venger le souffle de la vie plane sur la mort.

Ecole Communs_Proximite.jpg

L’école de la réconciliation, Jérémie Fontanieu

Gaëlle, Ryad, Océane, Dihya et Guillaume ont statistiquement moins de chances que les autres lycéens d’obtenir leur bac. Pourquoi ? Simplement parce qu’ils viennent d’un milieu modeste et habitent en banlieue. Heureusement, ils font partie du projet Réconciliations, porté par Jérémie Fontanieu, leur professeur de SES. Depuis plusieurs années, cette expérience pédagogique bouleverse les pronostics et emmène tous les élèves d’un lycée de Drancy vers la réussite.

Le projet Réconciliations lutte contre la fatalité dans un endroit où l’école ne tient plus ses promesses depuis longtemps. Débuté en 2012 en Seine-Saint-Denis, il répare le lien brisé grâce à une aventure de coopération entre les élèves, les professeurs et les familles, pour permettre aux jeunes de retrouver leur dignité. La méthode exigeante porte rapidement des fruits : passée la difficulté à se mettre au travail, les élèves adoptent la rigueur demandée par leurs professeurs. Et les résultats sont à la hauteur des efforts puisque l’échec scolaire a disparu !

Le travail fourni par les élèves, l’investissement des familles dans le suivi, la détermination des professeurs qui s’expriment à Drancy et ailleurs – la méthode est reprise par plusieurs dizaines d’enseignants partout en France – sont autant de motifs d’espoir. Espoir que familles et professeurs puissent s’engager dans un véritable travail de coéducation, que les enseignants reprennent confiance dans leur valeur et l’institution, que l’école cesse d’être un lieu de douleur et devienne un lieu d’épanouissement.

Alaska, Frédéric Ghiglione, édité par les Éditions La Völva

Alaska emporte le lecteur à son insu dans une proposition philosophique majeure « Deviens ce que tu es », il laisse entrevoir la démesure du mensonge que chacun se raconte à soi-même, et par là ouvre à un vertige des possibles. Alaska romance avec clairvoyance et sans compromis la révolution intérieure d'un homme qui le mène pas à pas vers la civilisation d'après, celle où tout ce qui est profitable économiquement ne doit plus nécessairement advenir. Convoquant le passé par un épisode de la seconde guerre mondiale, encore honteux aujourd'hui, il pose la mythologie familiale comme mythe fondateur de la personnalité, mythe destructeur devrait-on dire. Alaska traite des multinationales, du piratage informatique, de rédemption, de la nature et de sa préservation, d'amour et de dieux. Il propose une approche sacré préalable à toute bascule écologique et sociale.
 


"Comme si c'était un attribut de l'homme que de s'installer confortablement sur son canapé pour regarder la vie qui tombe"

Alaska Communs_Proximite.jpg
Altersmedia.jpg

Revue AltersMédia

Alters Média est un nouveau venu dans la Presse francophone, papier et numérique.

Il se distingue par sa raison d’être : préparer la société, les citoyens, les territoires, les tissus économiques et sociaux, les milieux de vie, nos habitats, la vie sociale et culturelle, face aux énormes bouleversements que chacun maintenant perçoit !

Ces changements portent en eux de réelles catastrophes (climatiques, sanitaires et liés à la biodiversité, économiques et sociales, technologiques, …). Ils exigeront de tels bouleversements dans nos modes de vie collectifs, qu’ils ne pourront pas nous éviter des luttes âpres et difficiles. Mais ces défis peuvent aussi faciliter l’union de forces très diverses, stimuler des réactions, des inventions sociales et techniques, la création de concepts indispensables aux solutions.

 

Ce sera le rôle d’Alters Media que d’éclairer sur la réalité de ces changements, sur le maelstrom social, intellectuel qu’ils provoqueront, de présenter les initiatives de tous ordres qu’ils feront naître. C’est sa mission que d’apporter les idées, les outils pour relever ces défis, et d’unir aussi largement que possible les acteurs qui partagent des intérêts  communs, face aux grands changements climatiques ou autres.
C’est un Média indépendant, au plan juridique, économique et rédactionnel : cette condition d’indépendance est le gage de sa crédibilité, de sa capacité à réaliser sa mission.  Alters Media partage avec l’association Alters dont il est proche, la ligne générale présentée ci-dessus, la philosophie d’une approche globale, résiliente et solidaire des grandes questions de notre époque.

Ils partagent aussi cette volonté d’indépendance comme le confirme le Président d’Alters Media, Karim Selouane, dans le N°1 d’Alters Media (voir ci-dessous « Pourquoi je soutiens cette Revue » de Karim Selouane).

Alters Media est accessible sur la plateforme NextSee, qui est un kiosque numérique, ouvert à divers média humanistes et actifs face aux changements globaux que nous vivons.

 

fami.jpg

Politis

Politis est le seul hebdomadaire généraliste 100% indépendant en France. Depuis 1988, Politis propose en 32 pages un regard engagé sur le monde et sur les grands défis de notre époque.

Politis s’adresse à toutes celles et tous ceux qui ne veulent pas être les spectateurs passifs des évolutions du monde, et pour qui l’information n’est pas un produit de consommation mais un levier pour agir.

Ancré au cœur de la gauche, de l’écologie politique et des mouvements sociaux, Politis donne de la place aux analyses qui font un pas de côté et tracent d’autres voies possibles.

Défricher les idées, Politis est un creuset, un espace où se croisent et s’approfondissent de nouvelles analyses, d’autres regards sur le monde. Un espace d’élaboration politique, où se débattent et s’enrichissent les choix civilisationnels d’aujourd’hui et de demain.

Nourrir les combats, POLITIS est convaincu qu’il n’y a pas d’avenir possible sans partage des richesses, sans prise en charge radicale et immédiate de l’immense péril écologique, sans rupture franche avec le productivisme et le consumérisme, sans sortie du patriarcat, sans dénonciation inconditionnelle de toute forme de racisme. Politis veut donner de l’écho à celles et ceux qui, en France et dans le monde, cherchent des alternatives crédibles et esquissent des réponses possibles.

Journalisme d’impact, POLITIS porte la conviction qu’un journalisme honnête et rigoureux ne peut rester indifférent face aux menaces écologiques, aux injustices qui minent notre contrat social, à la mise en péril de nos libertés publiques et du bon fonctionnement de notre démocratie.

Nous voulons peser dans le débat public et que nos articles suscitent des réactions face aux comportements que nous jugeons néfastes et toxiques. Notre journal sera toujours en première ligne pour documenter les conditions de vie et de travail des exploité·es, des exclu·es, donner la parole aux laissé·es-pour-compte, aux exilé·es et déraciné·es, aux exclu·es du « confort occidental », victimes de la mondialisation au Sud et au Nord.

 

68939667868ab51ead394937229d22de_edited.jpg
bottom of page